Deux jours pour parler d’actes méconnus du régime franquiste

Colloque 2017

Pour ces neuvièmes journées   mémorielles consécutives, les membres de l’association Ateneo republicano du Limousin ont choisi deux thèmes transversaux : «les femmes sous le franquisme» et «les enfants volés».
La manifestation commencera dès vendredi à 20h30 avec la projection d’un film intitulé Compañeras (Camarades).
Ces neuvièmes journées mémorielles se poursuivront samedi dès 9h15 par l’allocution d’ouverture avec l’himno de riego, l’hymne de la République espagnole. Puis, l’universitaire Michel Malty viendra débattre autour du premier thème, notamment «femmes dans les prisons franquistes» : «Pendant la République, les femmes avaient acquis beaucoup de droits comme le vote, l’avortement, le droit de vivre maritalement et de divorcer ou encore celui de travailler. Quand Franco est arrivé, tout a été aboli et elles sont redevenues les «esclaves» de leur mari» commente Amada Rousseaud.    
A 10h30, David Garcia, dont la famille a subi le régime de Franco de plein fouet, interviendra au cours d’une vidéo-conférence. Ensuite, dès 11h30, des échanges auront lieu avec le public avant la pause déjeuner qui aura lieu une heure plus tard (il est d’ailleurs possible de participer au repas organisé sur place en réservant rapidement auprès de Françoise Blanco au 06.14.24.57.05).
Le samedi après-midi, les débats se focaliseront sur le thème des «enfants volés». Après le visionnage d’un film documentaire Els internats de la por (les internats de la peur), des échanges auront lieu avec la salle : «Beaucoup de gens ont déjà entendu parler des bébés volés pendant le franquisme. Ce qui est moins connu, c’est que ces vols ont débuté en 1938-1939 et ne se sont arrêtés qu’en 1990 c’est-à-dire bien après la mort de Franco, sous la soi-disant démocratie» explique Amada Rousseaud, présidente de l’Ateneo. Avant de poursuivre : «Ces bébés étaient considérés comme porteurs de  gènes dangereux, les gènes des rojos, des rouges, qu’il fallait absolument éradiquer».
Les internats de la peur est un documentaire «poignant» basé sur les récits de personnes qui ont expérimenté cet internement : «Ce film est une série de témoignages de gens qui ont été internés très jeunes dans ces pensionnats et qui pour certains sont restés enfermés jusqu’à l’âge de 35 ans» nous dit Gérard del Pozo, vice-président de l’Ateneo republicano. Il explique que les religieux et religieuses qui tenaient ces pensionnats infligeaient de multiples maltraitances à ces enfants arrachés à leurs parents : «Les témoignages recueillis sont surtout ceux d’hommes ou de femmes qui ont survécu parce que c’étaient des battants. Il a fallu qu’ils arrivent à endurer tout ça» note Gérard del Pozo.
La manifestation s’achevera à 17h30 avec les membres de la chorale de l’Ateneo qui viendront chanter quelques mots de liberté, clôturant ainsi ces neuvièmes journées de mémoire sur une note d’espoir.
Johan Detour
Contact : ateneorepublicanolimousin@gmail.com
Ces journées ont lieu au conseil départemental, rue François-Chénieux à Limoges.