Ateneo Republicano du Limousin

14 avril 2019

Neus Catalá et Thérèse Menot, immortelles.

9 N

Le thème de notre colloque, cette année, était : « Destins d’exils en Limousin ». A cette occasion, nous avions invité, entre autres, Elisenda Belenger Mercadé, historienne et biographe de Neus Catalá. C'est à peu près au moment où Elisenda faisait son intervention, vers 17 heures ce samedi 13 avril 2019, que Neus nous a quittés, en cette veille du 88ème anniversaire de l'avènement de notre République pour laquelle elle s'est battue et a continué à se battre tout au long de sa vie. On ne choisit pas le jour et l'heure de notre départ, mais le sien nous marquera à jamais.

 Nous désirons dédier cette journée à cette Grande Dame en particulier et à tous les exilés qui sont passés et même restés en Limousin. Les personnes qui ont eu la chance de la rencontrer, nous disaient hier en parlant d'elle :  « Pour nous, elle est immortelle ».

 L'Ateneo Republicano du Limousin présente, avec une profonde affliction, ses condoléances à sa famille et à ses proches.

 Que viva la Republica !

elisenda772 Neus Catala

DSC00716

Qui était Neus Català i Pallejà ?

Neus est née à Els Guiamets, dans la région viticole du Priorat catalan, le 6 octobre 1915. Son père Baltasar, paysan et coiffeur et sa mère Rosa l’éduquent dans le village où elle travaille rapidement elle aussi dans les vignes puis comme vendeuse à la coopérative agricole. C’est là qu’elle lance sa première grève, âgée d’à peine une quinzaine d’années : elle exige que les jeunes filles soient payées autant que les garçons ! Quand la guerre éclate en 1936, elle est au milieu de ses études d’infirmière et s’est engagée dans le Parti Socialiste Unifié de Catalogne. Elle gagne Barcelone, termine rapidement ses études et prend la direction sanitaire d’une colonie d’enfants près de Gérone. A l’heure de la Retirada, elle les accompagne jusqu’en Dordogne et se donne comme mission de rendre chacun des 182 enfants à sa famille ou de les placer en sécurité en France ou en Belgique. Cette tâche terminée, elle réunit sa famille autour d’elle et s’engage rapidement dans la Résistance. D’abord elle avertit les Français de l’imminence du danger nazi qu’elle conçoit très clairement, puis s’investit plus concrètement près de Turnac, en Dordogne. Elle épouse en 1942 Albert Roger, Résistant lui aussi, et ensemble ils organisent le maquis dans cette zone, composé notamment de réfugiés espagnols. Arrêtés le 11 novembre 1943, ils sont emprisonnés à Périgueux puis Limoges où Neus rencontre celle qui deviendra sa grande amie, Thérèse Menot. Torturée pendant sa détention, elle est transférée à Compiègne puis déportée à Ravensbrück, d’où elle est envoyée au Kommando de Hollenshein. Là-bas, « Neige Roger » et « Titi » continuent à résister et sabotent les obus qu’elles sont censées fabriquer. Rapatriée en mai 1945, elle apprend le décès d’Albert. Elle rencontre finalement Félix Sancho, qui devient son second époux et avec qui elle aura deux enfants, l’une de ses plus grandes victoires contre les nazis qui avaient expérimenté sur elle des techniques médicales qui devaient la rendre stérile. Pendant plus de soixante-dix ans, Neus a milité pour la mémoire des réfugiées, des résistantes, des déportées, sans jamais cesser de lutter au quotidien pour faire tomber Franco d’abord, pour le rétablissement de la République aussi.

 

Thérèse Menot

 

 

 

 

Posté par ateneo87 à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Neus Catalá , inmortal !

neus-catala

Encontré a Neus Català en octubre del 2016. Yo tenía 27 años, ella acababa de festejar sus 101. Preparaba yo una tesis doctoral sobre los españoles y españolas que participaron en la Resistencia durante la Segunda Guerra mundial como ella aquí, en Lemosín, una región rural del centro de Francia. Encontrada su hija Margarita en un congreso en Paris en septiembre, me había propuesto venir a visitarla, lo que acepté sin vacilar un segundo. La semana que pasé en Els Guiamets con ambas fue estupenda. Pasadas las dificultades de las primeras horas – ya no quería contarme la deportación, cosa demasiada hablada, o la Resistencia, que no podía entender yo por ser demasiada joven –, Neus me confió sus secretos de la clandestinidad (los mensajes en el pelo, las citas pseudoamorosas…) y Margarita completó, cuando necesario, con la generosidad de alma que une a la madre y la hija. El último día, mientras me despedía de Neus en la residencia, me preguntó, en francés, si volvía al día siguiente… ¡Qué difícil decirle que no! Porque este encuentro con Neus Català cambió mi tesis doctoral, que se transformó bajo su influencia en algo más profundo, más íntimo, ya que aparecía como necesidad a partir de ahora conocer realmente, personalmente a todos ellos y ellas, y ya no solo leer sus nombres en los archivos. Pero también cambió mi vida. Volví con la certeza de haber encontrado a una mujer excepcional, extraordinaria y eterna. A partir de entonces, hablé de ella a todos los que me rodeaban – pareja, amigos, familia, colegas y miembros de la asociación local de memoria, el Ateneo Republicano del Lemosín. Ya la conocían, claro, pero no como yo, pensaba. Este año, conmemorando los 80 años de la Retirada aquí en Lemosín, decidimos con la asociación hacer de la tradicional jornada de estudios un día para ellos y ellas, figuras fuera de lo común del exilio español a Francia. El Ateneo Republicano del Lemosín invitó entre otros a Elisenda Belenguer Mercadé, historiadora, biógrafa y amiga de Neus. Estuvo a punto de no venir, por el estado de salud de Neus. Pero había mejorado y vino. A las 5 de la tarde, este sábado 13 de abril del 2019, víspera del aniversario de la Segunda República, Elisenda empezaba en Limoges, donde había sido detenida y torturada Neus por su actividad resistente – Neige para los lemosines –, su ponencia presentándola a un público fascinado y callado. A las 5 de la tarde, este sábado 13 de abril del 2019, víspera del aniversario de la Segunda República por la cual había luchado a lo largo de su vida, fallecía Neus Català en Els Guiamets. “El pajarito ha vuelto a morir en su nido” decías tú. La única muerte que te daba miedo era la de la memoria… Nunca te olvidaremos, mientras viva yo, y todos los que te conocieron, tu memoria no morirá. El Ateneo Republicano del Lemosín, con gran aflicción, les da el pésame a su familia y sus allegados.

Tiphaine Catalan

Posté par ateneo87 à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2019

Dans le journal l'Écho du 19 avril 2019

Capture d’écran 2019-04-19 à 12

Posté par ateneo87 à 14:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le vendredi 12 avril 2019 après-midi, dans le cadre de la commémoration des 80 ans de la Retirada, l'Ateneo Republicano du Limousin avait organisé en prélude à sa traditionnelle journée d'études une rencontre entre différents établissements scolaires. Celle-ci a eu lieu à la Faculté des Lettres et des sciences humaines de Limoges en présence d'enseignants et d'étudiants du département d'espagnol. Il s'agissait pour les collégiens et lycéens présents (collège Jean Rebier d'Isle et lycée Eugène Jamot d'Aubusson) de présenter le fruit de leur travail scolaire et artistique mené dans le cadre du grand projet scolaire initié cette année par l'Ateneo. Chaque établissement avait reçu au préalable la visite d'un témoin de l'association et les expositions créées par l'Ateneo. Les élèves, et leurs enseignants, ont montré un très grand intérêt pour ce projet et ont produit des travaux d'une grande qualité, qu'ils ont présenté avec aisance. Les membres de l'association, également présents en nombre, ont pu répondre aux nombreuses questions des élèves et ont permis ainsi un très beau moment d'échanges, empli d'émotions mais aussi de nouvelles connaissances pour les élèves. Nous remercions donc les élèves, mais aussi leurs professeurs et chefs d'établissement qui ont rendu ce projet possible, sans oublier ceux qui pour différentes raisons n'ont pas pu être présents ce vendredi mais qui ont pris part de façon active également au projet : le lycée professionnel Sonia Delaunay de Blois, le collège Arsène Bonneaud de Nexon, le lycée Dautry de Limoges. Les travaux des élèves seront prochainement numérisés et disponibles sur le site internet de l'association.

Vendredi 12 avril Fac 2 

Ce même vendredi, à partir de 19h, les portes de l'Espace Noriac s'ouvraient pour un avant-spectacle autour de tapas et de sangria animé par les membres de l'Ateneo qui ont chanté et déclamé des poèmes, vite rejoints par les élèves du lycée d'Aubusson. Après ce beau moment convivial, spectateurs et élèves ont pu assister à la très belle pièce "Une nuit de Grenade", jouée par la compagnie Label Étoile, dont la longue ovation finale suffit à prouver à quel point elle a été appréciée par tous.

Posté par ateneo87 à 12:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 et 13 avril 2019

Affiche Colloque 2019 - 2a

 

Vendredi 12 avril 2019 à partir de 14 heures

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines

39 E rue Camille Guérin, Limoges

Contact : Diane Bracco, Chargée de mission Animation du campus (diane.bracco@unilim.fr)

Restitution des projets scolaires initiés par l’Ateneo Republicano du Limousin autour des témoignages individuels en présence des élèves et leurs professeurs des établissements participants,

  

Vendredi 12 avril 2019

à partir de 19 heures

Espace Noriac - Limoges

« Avant-spectacle autour de Lorca » (entrée libre) animé par les adhérents de l’Ateneo : chants, lecture de textes, pré- sentation du poète...

Restauration (tapas) et buvette sur place (en vente).

20h30 Spectacle « Une nuit de Grenade »

interprété par la troupe du théâtre Label Etoile. Tarif Unique : 10€

Réservation conseillée : Palmira Desseix 06 03 53 61 05

 

Samedi 13 avril 2019

Conseil départemental de la Haute-Vienne

salle Plénière, 11 rue François Chénieux à Limoges

A partir de 8h30 : accueil des participants

9h30 : « Le Limousin dans la Seconde Guerre mondiale », Guy Perlier, historien spécialiste de l’histoire du Limousin

10h15 : «Les exilés espagnols lors des premières années de l’après-guerre européenne de 1945 à 1949.» Alicia Alted, historienne espagnole, spécialiste de la guerre d’Espagne, UNED, Madrid (sous réserve)

11h : Témoignages individuels et échanges avec la salle

12h : repas possible sur place, réservation jusqu’au 5 avril

téléphone : Amada Pedrola Rousseaud 06 60 24 03 25 ou par mail : ateneorepublicanolimousin@gmail.com

14h : « Les modalités d’accueil des femmes espagnoles en Corrèze », Danièle Bussy Genevois, historienne spécialiste de l’histoire des femmes espagnoles, Université Paris VIII

14h45 : « Histoire d’une vie, Neus Català », Elisenda Belen- guer Mercadé, historienne catalane, biographe de Neus Català

15h30 : Témoignages individuels et échanges avec la salle

16h : « De Manolo (Gijón) à Manu (Egletons) : itinéraire de Manuel Nicieza Rodriguez, combattant de la République en Espagne et en Corrèze », lecture d’une conférence de Paul Estrade & Mouny Estrade-Szwarckopf, historiens

 

Vous pouvez imprimer le Flyer et le diffuser

Flyer_Colloque_2019___4

Posté par ateneo87 à 02:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 mars 2019

Retenez cette date

 

12 avril 2019 à partir de 19hUne nuit de Grenade

 

à partir de 19 heures

« Avant-spectacle autour de Lorca » (entrée libre)

animé par les adhérents de l’Ateneo : chants, lecture de textes, pré- sentation du poète...

Restauration (tapas) et buvette sur place (en vente).

 

20h30 Spectacle « Une nuit de Grenade »

interprété par la troupe du théâtre Label Etoile. Tarif Unique : 10€

Réservation conseillée : Palmira Desseix 06 03 53 61 05

 

« Grenade, août 1936. La guerre civile a éclaté. La ville est aux mains des nationalistes. La Phalange, forme de milice qui soutient le soulèvement de la junte militaire tenue par Franco et qui a les pleins pouvoirs, traque, rafle et assassine des centaines d’opposants. Parmi eux, le poète Federico Garcia Lorca qui re- présente l’un des symboles honnis des nationalistes. Ce soir du 18 août, le célèbre musicien et compositeur espagnol Manuel de Falla, 60 ans, usé par la maladie, apprend l’arrestation le jour même de son ami Federico Garcia Lorca. Il se rend dans les bu- reaux du gouverneur civil de Grenade, José Valdès Guzman, pour réclamer sa libération. »

Pour imprimer l'affiche et la diffuser

Une_nuit_de_Grenade

Posté par ateneo87 à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2019

Le silence des autres

Limoges - Grand Écran  ESTER du 6 au 19 mars 2019

Soirée ATENEO REPUBLICANO du LIMOUSIN

présentation  et débat - lundi 11 mars à 20h30

lesilencedesautres_robertbahar_almudenacarracedo

 

1977. Deux ans après la mort de Franco, dans l’urgence de la transition démocratique, l’Espagne vote la loi d’amnistie générale qui libère les prisonniers politiques mais interdit également le jugement des crimes franquistes.
Les exactions commises sous la dictature et jusque dans les années 1980 (disparitions, exécutions sommaires, vols de bébés, torture) sont alors passées sous silence.
Mais depuis quelques années, des citoyens espagnols, rescapés du franquisme, saisissent la justice à 10.000 kilomètres des crimes commis, en Argentine, pour rompre ce « pacte de l’oubli » et faire condamner les coupables.

 

Le_Silence_des_autres

 Bande annonce : https://www.youtube.com/watch?time_continue=7&v=ingmAU4D0qc

Capture d’écran 2019-03-05 à 13

Posté par ateneo87 à 14:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 mars 2019

Si vous voulez nous rejoindre......

republica_pegata1

 

 

 

 

Notre travail vous intéresse?

Vous voulez nous aider?

Nous nous réunissons les premiers vendredis de chaque mois à 18h 30:
Soit au siège social: 61, rue  Champlain 87100 Limoges.
ou bien chez l'un d'entre nous. (si c'est la première fois que vous venez, veuiilez prendre contact pour savoir où a lieu la réunion)

 

Plan pour y aller :

 

Capture d’écran 2019-04-18 à 17

 

 

Capture d’écran 2019-04-18 à 17

 

  

 

Contactez-nous: Ateneo Republicano du Limousin

61, rue  Champlain 87100 Limoges.

Tel : 06 60 24 03 25 

Courriel : ateneorepublicanolimousin@gmail.com

Facebook :  https://www.facebook.com/ateneodulimousin/

Posté par ateneo87 à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Relance cotisations

Un petit message pour tous ceux qui ne sont pas à jour de leur cotisation pour 2019

Depuis maintenant 11 ans, l'Ateneo Republicano du Limousin continue ses actions et participe activement à diverses manifestations dans la région pour 
- peser ensemble pour la reconnaissance de l’œuvre des Républicains espagnols
- coopérer au repérage des lieux de Mémoire
- peser ensemble contre les lacunes et les falsifications de l’Histoire
- peser ensemble pour la réparation des injustices faites aux Républicains espagnols
- peser ensemble pour que soit exprimée la gratitude officielle à la Résistance espagnole
- participer ou organiser des manifestations culturelles ayant des objectifs similaires à l'association. 
Cette année a vu s'amplifier la reconnaissance officielle de notre association et notre participation aux différentes journées commémoratives.
Nous sommes déterminés pour continuer ce travail avec l'aide de tous ceux qui ont aidé cet ATENEO dans ses débuts et avec les nouveaux membres qui nous rejoignent.
Nous comptons sur votre soutien en participant à nos actions ; mais avons aussi besoin de votre soutien financier. Nous espérons que vous renouvellerez votre adhésion et que nous puissions nous revoir pour les prochaines activités.
 
Cordialement.
Salud y republica !

 

 

 

 

 

Posté par ateneo87 à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2018

USSEL

Conférence Espagne affiche

-
-
-
A l'initiative de l'Amicale des anciens élèves de l'EPS, du collège et du lycée d'Ussel en partenariat avec l'Ateneo Republicano du Limousin, de l'ANACR Ussel et des compagnons de la Mémoire vivante, une prochaine manifestation aura lieu à la Médiathèque Intercommunale de la Haute-Corrèze à USSEL sur L'Histoire espagnole pendant la guerre civile, 1936-1939.
Vous pourrez voir du mardi 4 décembre au samedi 29 décembre, deux expositions réalisées par l'Ateneo Republicano du Limousin:
 
"La vérité sur les bombardements de GUERNICA, le 26 avril 1937".
"Du vestige à la Mémoire",courte vie et mort au combat de Miquel PEDROLA, responsable des jeunesses (JCI) du POUM (Parti Ouvrier d'Unification Marxiste) de Catalogne.
 
Le vernissage aura lieu le 15 décembre 2018 à 15 heures.

Posté par ateneo87 à 15:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2018

Le camp de Clocher

43386655_686620735056759_3085802292708900864_o


Le 26 juin 1937, le maire de Guéret en Creuse autorise la création d'un camp pour les réfugiés espagnols arrivés suite à la guerre qui sévit dans leur pays depuis le 19 juillet 1936.
Ce camp sera situé dans la commune de Saint- Sulpice- le- Guérétois, au lieu dit "Clocher" et isolé de toute habitation.
Le 1er septembre 1939, "toutes les femmes et les enfants espagnols (étant arrivés à Guéret) ont été emmenés au camp de Clocher qui prend un aspect assez sinistre depuis que deux rangs de fil de fer barbelé l'entourent" [...](article du Populaire du Centre).

L'Ateneo Republicano du Limousin avait, depuis plusieurs années, le projet de rappeler l'existence de ce camp aujourd'hui complètement disparu.
Notre idée est de faire mettre une plaque commémorative. La rencontre avec le maire de Saint-Sulpice a été des plus favorables.

Si vous connaissez des personnes ou des descendants de personnes étant passés par ce camp, nous aimerions qu'ils se fassent connaître. Nous avons déjà recueilli quelques témoignages.

Posté par ateneo87 à 15:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 septembre 2018

Gourdon-Murat

du 12 octobre au 2 novembre

guernica


Nous vous rappelons que l' Ateneo Republicano du Limousin a monté une exposition à la suite du 80ème anniversaire des bombardements de Guernica.
Après son passage au jardin d'hiver de la BFM de Limoges pendant un mois, d'un établissement scolaire et de l'office de tourisme de Crocq, cette exposition sera visible du 12 octobre au 2 novembre à Gourdon-Murat, en Corrèze, lors de la cérémonie en souvenir de Damien Magnaval, brigadiste engagé dans les forces républicaines espagnoles et mort sur le front de l'Ebre.
Nous vous invitons à aller la voir ou la revoir.
.
.

Gourdon

Posté par ateneo87 à 02:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2018

Documentaire - Enterrar y callar

topelement

 

le 27 octobre 2018 à 20 h.

Il y a deux ans, nous avions choisi pour thème de notre colloque "les bébés volés du franquisme".
Cette affaire prenant de l'ampleur dans l'actualité espagnole (procès du médecin responsable) nous avons décidé de reprendre le sujet en partenariat avec nos amis du Ciné Club 
Nous vous donnons rendez-vous dans le local du CIRA, 62 av. de la Révolution, le 27 octobre 2018 à 20 h.
Nous projetterons un film documentaire( Enterrar y callar: enterrer et se taire) de Anna López Luna suivi d'une causerie. Ce film a été présenté en janvier 2018 à Paris.
Nous vous attendons nombreux.
A diffuser à tous vos contacts

 

unnamed

Posté par ateneo87 à 21:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2018

Affiche Colloque 2018 Fac blog

  

Vendredi 23 mars 2018   Faculté de Lettres - Amphi 3 

 

Contact : Diane Bracco, Chargée de mission Animation du campus (diane.bracco@.unilim.fr)

 

14h 30 : Ouvertures des dixièmes journées de l'Ateneo Republicano du Limousin

Intervention de Feliciano PÁEZ-CAMINO (Docteur en histoire Univesidad Complutense Madrid)

“Segunda República española (1931-1936/39): el marco histórico de una expansión cultural”

15h 30 : Projection du film: « Casals, la força d’un silenci » en présence du réalisateur : Manuel Huerga 

 

Samedi 24 mars 2018   Conseil départemental Salle plénière 

9 h: Accueil

9 h 30 : Allocution d’ouverture

10 h : Présentation de la Génération de 98

10 h 45 : Présentation de la Génération de 14

11 h : Présentation de la Génération 27

11 h 45 : Présentation de la Génération 36

13 h : Repas sur place , réservation jusqu’au 17 mars Tel : 06 14 24 57 05

 

14 h 30 : Eloy Torres - El acantilado - Radio Occitanie - Toulouse :  Antonio José Martinez Palacios (1902-1936)  Le «Féderico García Lorca de la musique»

15 h    : « Les nouvelles tendances de l'architecture et de l'urbanisme » (dans l'Espagne de la deuxième république) par Feliciano PÁEZ-CAMINO 

16 h  : Projection du film « Las sin sombrero » présenté par Tania Ballo (Université de Barcelone)  

17 h 30 : Débat de clôture.

 

L'Echo colloque mars 2018 copieTeresa RebullAzorinGabriel CelayaGranadosJuan Ramon JimenezLuis CernudaMachadoMarcos anamiguel hernortega y gasset_nPablo casalsPablo PicassoManuel de Fallasampedrounamuno_nAlbeniz

Merci à Philippe Guillen pour ces belles caricatures 

Posté par ateneo87 à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2018

Cinquième anniveraire

Ussel

 

Pour le cinquième anniversaire des Compagnons de la Mémoire Vivante à Ussel ; dans le cadre du partenariat avec L'Ateneo, nous avons participé à cette chaleureuse manifestation.

Début d'après-midi:

Tiphaine Catalan (doctorante en études hispaniques) "Contexte historique des brigades internationales avec déclinaison limousine et surtout corrézienne".

Suivi de l'inauguration officielle de l'exposition "Levés avant le jour" sur les brigadistes.

Puis, projection du film  "Madrid avant Hanita" concernant la brigade Botwin présenté par Bernard Ebenstein maitre de conférences à l'Université de Limoges montrant l'angagement juif méconnu dans le combat contre le fascisme en Espagne.

17 mars 5 ans 001 

 17 mars 5 ans 002  17 mars 5 ans 003

17 mars 5 ans 005  17 mars 5 ans 008

CIMG4258

Posté par ateneo87 à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2017

Guernica 1937-2017

Affiche Guernica 2018

 

Il y a 80 ans, le 26 avril 1937, la petite ville de Gernika était détruite par l'aviation allemande et italienne.

Franco donna l'ordre de nier le bombardement et d'affirmer que c'était les « rouges » qui avaient mis le feu à la ville au cours de leur retraite.

Il interdit  que des investigations soient entreprises suite à ces faits inqualifiables.

C'est grâce aux témoignages de reporters étrangers et au tableau de Picasso, présenté à l'exposition universelle à Paris cette même année que le monde prit connaissance de cet horrible drame.

 

C'est en assistant en avril 2017 aux commémorations poignantes et au témoignage de l'un des derniers survivants que des membres de l' Ateneo Republicano du Limousin ont eu envie de monter cette exposition.

 

Le film sur la brigade BOTWIN, présenté le 12 janvier à 17 h 30, nous rappelle que dès juillet 1936 et pendant presque deux ans, des volontaires de tous pays ont accouru pour aider la République à lutter contre le fascisme.

 

Flyer_Guernica_2018

Posté par ateneo87 à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 novembre 2017

Pour que soient reconnus et jugés les crimes du franquisme !

1-64-im-photo1-3452-tn

Les familles (espagnoles ou exilées en France) des 130 000 à 150 000 républicains espagnols assassinés par les franquistes entre 1936 et 1945 et enterrés dans des fosses communes, celles des enfants volés à leurs mères par dizaines de milliers jusqu'à la fin des années 1970, demandent que vérité, justice et réparation soient faites. Le gouvernement espagnol, mais aussi le gouvernement français et la communauté européenne ne peuvent rester sourds à cette exigence de justice. Ces crimes sont des crimes contre l'humanité, ils sont imprescriptibles et à ce titre ils doivent être jugés. 

Jusqu'à quand faudra-t-il encore attendre?

C'est la raison pour laquelle ¡Caminar! Coordination nationale d'organisations mémorielles des descendants et amis des exilés de l'Espagne républicaine, qui regroupe 15 associations, vous invite à signer la pétition suivante destinée à l'ambassade d'Espagne et au gouvernement espagnol.

"Vérité, Justice, Réparation" Pour que soient reconnus, jugés et condamnés les crimes du franquisme.

"Il y a quatre vingt un ans, un groupe de généraux factieux, alliés aux financiers, gros industriels et grands propriétaires terriens et soutenus par les dictatures nazie, fasciste et salazariste, se soulevait contre la Seconde République espagnole, pouvoir légitime, démocratiquement élu et espoir de tout un peuple.

Au terme de trois années d'une guerre impitoyable, le général Franco établissait un régime dictatorial qui devait durer trente six ans.

Certes, depuis 1978, la démocratie a été rétablie en Espagne. Mais quarante deux ans après la mort de Franco, les crimes du franquisme restent encore impunis grâce à des artifices légaux tels que la loi d'amnistie d'octobre 1977 (adoptée pendant la période dite de "transition") qui protège juridiquement les responsables du régime franquiste de la commission de crimes contre l'humanité. En 2007, ce cadre d'impunité était complété par la "loi sur la mémoire historique" qui n'accordait que le droit à la mémoire individuelle et familiale mais non la reconnaissance par l’État des crimes de la dictature.

Les crimes commis contre des populations civiles par le franquisme (régime qualifié de "fasciste" par l'assemblée générale de l'ONU dans sa résolution n°39 du 12 décembre 1946) sont historiquement et juridiquement incontestables :

     - on estime qu'entre 130 000 et 150 000 républicains espagnols ont été assassinés entre 1936 et 1945;
     - des dizaines de milliers d'autres, hommes et femmes, parfois des enfants, ont connu les camps de concentration, la prison, les humiliations, la torture, les travaux forcés, la mort;
     - jusque dans les années 1970, des dizaines de milliers d'enfants ont été volés à leurs mères pour être remis à des familles franquistes;
     - il reste encore, à ce jour, plus de 115 000 républicains dans des milliers de fosses communes, pour beaucoup encore non identifiées.

     Jusqu'aux derniers mois de la dictature, des opposants ont été garrotés, exécutés.

En dépit des efforts d'un juge espagnol, Baltazar Garzón, pour faire reconnaître ces crimes comme des crimes contre l'humanité, les gouvernements et la justice espagnols n'ont rien fait pour qu'ils soient jugés et condamnés et le juge a été démis de ses fonctions.

Des familles espagnoles ont dû faire appel à la justice argentine afin que des procès puissent être ouverts contre d'anciens responsables franquistes.

En accord avec les associations espagnoles qui luttent pour que ces crimes soient reconnus et jugés et au nom des citoyens français qui ont eu un proche assassiné par le régime franquiste (famille des Brigadistes internationaux et d'exilés espagnols), les soussignés réclament :

     * l'abrogation de la loi d'amnistie de 1977 dans les alinéas qui permettent l'impunité des crimes franquistes;
     * la ratification de la "Convention sur l'imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité";
    * la création d'une Commission de la Vérité sur les crimes du franquisme auprès du Parlement espagnol;
     * la localisation et la judiciarisation de toutes les fosses communes du franquisme, déclarant par la loi la responsabilité directe et inéluctable de l’État espagnol en ce qui concerne leur exhumation;
    * la reconnaissance comme un problème d’État du vol massif et systématique de bébés, pendant des décennies et sur tout le territoire espagnol depuis 1936, la poursuite et le jugement des personnes coupables de ce crime qui doit être considéré comme un crime contre l'humanité;
     * le retrait de la symbolique franquiste des espaces publics et privés et l'annulation des commémorations et des titres de reconnaissance aux personnes liées au régime franquiste en application de l'article 15 alinéa 1 de la loi de la mémoire historique du 26 décembre 2007."

Afin que "VERITE, JUSTICE, REPARATION" soient faites.

"L'avenir ne peut se construire en tournant le dos au passé".

 

signer la pétition : https://www.change.org/p/ambassade-d-espagne-%C3%A0-paris-pour-que-soient-reconnus-et-jug%C3%A9s-les-crimes-du-franquisme-ba6cba88-ddaf-490d-81db-73eb7f64d246

Posté par ateneo87 à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Brigades Internationales

Affiche expo brigades impr

.
Le thème des Brigades Internationales est passé presque inaperçu pendant de longues années;
Au vu des faits qui se sont déroulés en août dernier dans un cimetière madrilène, il serait même dérangeant pour certains. En effet le 30 août dernier, les tombes des brigadistes au cimetière de Fuencarral ont été

Capture d’écran 2017-11-30 à 15

couvertes d'inscriptions telles que "Assassins" et de symboles nazis et antisémites; on a pu lire "Vive la légion Condor" et "Juifs assassins".
Le 19 juillet 1936, le putsh franquiste éclate alors que devaient débuter les Olympiades populaires à Barcelone; elles avaient été organisées en réponse aux jeux olympiques officiels qui devaient se dérouler la même année dans l'Allemagne hitlérienne Elles furent naturellement annulées, mais nombre d'athlètes internationaux, venus concourir, s'engagèrent auprès des Républicains.

Ce que je veux souligner, c'est que ces hommes et ces femmes de tous bords, mais anti-fascistes, étaient des citoyens ayant travail, parents, femme et enfants pour certains et qu'ils n'ont pas hésité à tout quitter et à s'engager pour défendre une cause qui était aussi la leur: la République et la Liberté

 

A.P.R.

 

Dans le cadre de l'exposition :

« Levés avant le jour, les Brigades Internationales de l'Espagne à la Résistance »

qui se tiendra du 12 au 22 décembre 2017, à la Chapelle de la Visitation, 11 rue

François Chénieux à Limoges, Henry Farreny, professeur honoraire des Universités et Président de l'Amicale des anciens guérilléros en France (AAGEF- FFI) donnera une conférence dans la salle Léo Lagrange à 20h30 le 18 décembre. Il interviendra également au Lycée Gay-Lussac à Limoges et au Lycée Paul Eluard à St Junien sur le thème :

« De la guerre d'Espagne et des Brigades Internationales à la Résistance en France » 

Posté par ateneo87 à 16:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2017

Dans l'Écho de ce jour :

Samedi, ce sont les noms et destinées tragiques des Républicains espagnols assassinés qu’ont fait résonner les membres de l’Ateneo Republicano du Limousin sur le parvis de la BFM de Limoges.

Hasta cuando 2017

«Je m’appelle Granada Garzon de la Era. Le curé de mon village me dénonce parce que je ne suis pas mariée à l’église. D’abord, je suis excommuniée, puis je suis tondue, finalement je suis fusillée ainsi que 15 autres femmes. Après avoir enterré nos corps dans un lieu inconnu, ils dénoncent aussi mon mari. Avec lui, ils tuent aussi l’aîné de nos sept enfants. Je n’ai eu ni jugement, ni avocat, ni sentence. Mes enfants continuent à me chercher. Hasta cuando ! Jusqu’à quand?»
Maria Alvarez. Isabel Picorel. Primitiva Rodriguez. Jose Villarile Torral. Balbina Gallo Gutiérrez. Santos Valentin Francisco.Virgilo Lelez Ruiz. Et tant d’autres...
Samedi à l’occasion de sa XIe journée contre l’impunité des crimes franquistes, l’Ateneo Republicano du Limousin a fait parler les morts sur le parvis de la BFM de Limoges. Membre de la coordination nationale Caminar rassemblant 11 associations mémorielles françaises de l’exil républicain, l’Ateneo Republicano a initié ce rassemblement public l’année dernière, autour de la pétition réclamant notamment l’abrogation de la loi d’amnistie de 1977 (dans les alinéas permettant l’abrogation des crimes franquistes),  la localisation et la judiciarisation de toutes les fosses communes du franquisme, et la responsabilité directe et inéluctacle de l’Etat espagnol concernant l’exhumation des corps. «La mobilisation publique sur ce sujet est très récente. Elle est importante parce que les gens ont tendance à oublier, ou parce qu’ils ignorent ce qui s’est passé, ou bien encore parce qu’ils ne veulent pas le savoir... Elle est primordiale car depuis quelque temps, y compris en Espagne, les langues se délient à propos des enfants volés pour cause de «gène rouge», des fosses communes, de tous les crimes qui se sont produits sous la dictature franquiste, et surtout de l’impunité de ces crimes» souligne la présidente de l’Ateneo, Amada Pedrola-Rousseaud. «Vous voulez signer la pétition ?». Des passants font halte, questionnent, signent, sous le portrait de la niña bonita. «Au delà de l’aspect juridique, de la nécessité de condamner ces crimes, nous sommes ici pour faire connaître le vécu des victimes, celui de leurs familles, qui réclament à corps et à cris depuis la mort de Franco que ces crimes soient jugés, condamnés et «réparés». Depuis le retour de la démocratie en Espagne, les gouvernements successifs  n’ont jamais donné suite à ces demandes. Le gouvernement Rajoy, qui n’est jamais que le digne héritier du franquisme, est même en train de remettre partiellement en cause certains articles de la seule loi un peu progressiste en la matière, celle de la mémoire historique de 2007» poursuit Gérar Del Pozo. Pour l’Ateneo Republicano, l’histoire de l’Espagne ne doit pas être un perpétuel recommencement. «Vérité, justice, réparation : le tribunal pénal international a jugé et condamné à la prison à vie un responsable de crimes contre l’humanité en Yougoslavie. En Espagne ? Les criminels franquistes meurent tranquillement dans leur lit !  Mais rien n’est jamais perdu. Ce combat, nous
-et d’autres après nous- le poursuivrons sans faille».


I.H.

Hasta_Cuando_livret_2017_A6_light

Posté par ateneo87 à 10:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 novembre 2017

Place Aimé Césaire - Limoges

 Rendez-vous dès 14h 

Hasta Cuando livret 2017 A6 a-1

Hasta_Cuando_livret_2017_A6_partie_1

Hasta Cuando livret 2017 A6 a-40

  Livret___deuxie_me_partie

Après le débat à la BFM (18h) nous pourrons continuer à échanger avec notre invité au Café Littéraire 

Capture d’écran 2017-11-23 à 13

Album souvenir 

Burgos 2014Estepar 2014San Pedro de Cardeña 2014Estepar 2014 2

  

 

L'Echo 2017-11-23Pages_3_Ehvienne_20171123

Posté par ateneo87 à 13:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]