Ateneo Republicano du Limousin

10 mai 2020

Commémoration virtuelle

Julio Garcia Bilbao nous a signalé cette manifestation virtuelle ; l'Ateneo a participé à cette émouvante cérémonie qui nous donne l'espoir.

En ces temps de réflexion obligée par la pandémie, nous nous en sortirons toujours par la solidarité.

 

 

Pour la mémoire de toutes ces victimes, continuons avec ténacité la lutte pour des "jours heureux" !

SOLIDARITÉ INTERNATIONALE !

 

 

 

Posté par ateneo87 à 16:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


02 mai 2020

Momento de recreo por favor !

Capture d’écran 2020-05-02 à 14

Une fois n'est pas coutume, mais un de nos intervenants de qualité (*) nous propose aujourd'hui un moment de détente original, depuis ses studios confinés à Toulouse.

Installez vous bien dans votre fauteuil et fermez un peu les yeux ... voyage assuré !

Allez sans tarder sur l'icône :    (du blog El acantilado)

Capture d’écran 2020-05-02 à 14

J'oubliais de vous dire : cliquez sur le liein ci dessous

http://elacantilado31.blogspot.com/2020/05/programa-2-de-mayo-2020.html

Todavía algo atascado manejando grabaciones y micrófono, más suelto que la vez anterior pero menos que la próxima, vuelvo con otro nuevo programa de radio. Música de la buena, he intentado que haya un poco de todo para que cada uno pueda encontrar su rincón preferido en este Acantilado que, como siempre, garantiza las mejores vistas de la web. Y como le estamos volviendo a tomar gusto a esto de ir preparando programas, prometo volver con más cosas, tendréis noticia de ello como siempre en el blog y en el muro. Espero como siempre que disfrutéis del programa y que os anime a volver por aquí, es una hora de radio, y es recomendable escuchar, que no es lo mismo que oír, con unos buenos cascos, o unos buenos altavoces el que pueda, y sentarse a disfrutar durante una horita.
.
.
.
.
(*) Eloy Torres - El acantilado - Toulouse -
Colloque de l'Ateneo 2018 - Art et Culture en Espagne (1898-1939)  Antonio José Martinez Palacios (1902-1936)  Le «Féderico García Lorca de la musique»

 

Posté par ateneo87 à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

En el Diario - Aragón

Élise de Burgos  nos envia este artículo :

Capture d’écran 2020-05-02 à 13

 

Nombres y rostros para los aragoneses asesinados por los nazis en la masacre de Oradour-sur-Glane

Una investigación revela la historia de las víctimas de la masacre que las tropas alemanas cometieron en 10 de junio de 1944 en un pequeño pueblo francés. Dos familias aragonesas perecieron aquel fatídico día

Óscar Senar Canalís  - Zaragoza

Marcelle-Villoutreix-Millan-Bielsa-Andree_EDIIMA20200429_0897_19

Marcelle Villoutreix, Millán Bielsa y Andrée Brandy. MICHEL BIELSA Y ANNETTE RIGON

 

La tarde del 10 de junio de 1944, cuatro días después del desembarco de Normandía, tuvo lugar en Oradour-sur-Glane, un tranquilo pueblo de la región francesa de Lemosín, "un criminal ejercicio de terror premeditado, injustificado y aleatorio hacia la población civil" en el que murieron 643 personas, en su mayoría mujeres y niños. Así lo describe David Ferrer Ravull, filólogo reconvertido en investigador que acaba de publicar 'Recuerda', un libro donde pone nombre y rostro a los 19 españoles asesinados aquel día a manos de las tropas nazis. Entre ellos, dos familias de origen aragonés.

Oradour-sur-Glane es comparado en ocasiones con Belchite, si bien su historia y simbolismo son muy distintos. Acabada la Segunda Guerra Mundial, el general De Gaulle decidió no reconstruir el pueblo y convertir sus ruinas en testimonio de la barbarie nazi. Una placa con el listado de fallecidos y un monumento del escultor catalán Apel·les Fenosa reciben a las miles de personas que visitan cada año los restos y el centro de interpretación abierto en 1999.

Allí se recuerda cómo aquel 10 de junio, soldados de las SS rodearon el pueblo, agruparon a la población y la masacraron: a los hombres, ametrallados y calcinados; a las mujeres y niños, a tiros, fuego y bombas en el interior de la iglesia de la localidad. Paradójicamente, apunta Ferre Revull, "el cura no dejaba entrar a los españoles por que los calificaba, literalmente, como 'hijos de Satanás'". La furia asesina fue tal que solo fue posible identificar 52 cuerpos.

A Ferrer Revull le llamaron la atención los nombres españoles en la placa memorial: "Algunos estaban mal escritos, otros confundían apellidos y parentescos... Así se habían ido recogiendo en distintos trabajos sobre deportados". Por eso, se propuso identificar correctamente a las víctimas, para restablecer su memoria y su dignidad, un afán que le llevó a sumergirse en los más diversos archivos a ambos lados de los Pirineos.

El perfil de las seis familias españolas de Oradour es muy similar, detalla Ferrer Revull. Todas habían salido de España en 1939 y habían pasado por campos de concentración franceses. Primero con la República, y luego bajo el régimen de Vichy, los hombres fueron destinados a grupos de trabajo de extranjeros. Así llegan a Oradour-sur-Glane, donde son empleados primero en la cantera y luego en fábricas de turba, explotaciones forestales... Hacia 1942, la sede del grupo se traslada a un pueblo vecino, pero las familias, ya establecidas en la localidad, no se mueven.

Tras años de penurias, los españoles "habían pasado de ser vistos como emigrantes sospechosos a estar integrados en la sociedad del lugar, con las esposas trabajando en tiendas locales y los niños escolarizados", explica Ferrer Revull. Aquel sábado 10 de junio era día de vacunación para los niños, de manera que los criminales tuvieron fácil atrapar a los menores. Más de 200 murieron, y solo uno de los colegiales escapó por casualidad.

Aragoneses en la barbarie

Ferrer Revull ha localizado a dos familias asesinadas en Oradour con orígenes aragoneses. Una de ellas son los Téllez-Domènech, formada por la abuela Ramona Domínguez Gil (Mianos, Huesca, 1871), su hijo Joan Téllez Domínguez (Zaragoza, 1899), la esposa de este, Marina Domènech Almirall (Sant Feliu de Llobregat, 1915) y los tres hijos de la pareja, Miquel, Harmonia y Llibert (que tenían al morir 11, 7 y 1 año, respectivamente). Téllez, militante de la CNT, había estado vinculado a episodios de pistolerismo durante los años 20. Tenía un hijo de una pareja anterior, Joan Téllez Sancho, que se quedó en España pero corrió también trágica suerte: tras combatir en la Guerra Civil y ser internado en un campo de concentración franquista, quedó con la salud quebrada y murió en 1951.

 

Juan-Tellez-madre-Ramona-Dominguez_EDIIMA20200429_0942_19

Juan Téllez y su madre Ramona Domínguez. ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE LA HAUTE-VIENNE

La familia Gil-Espinosa procedía de Alcañíz. Allí habían nacido Joaquín Gil Igea (1888) y Francisca Espinosa Magallón (1894), así como sus hijos: Rosa, Rafael y las gemelas Francisca y Pilar. Tras sobrevivir al bombardeo fascista sobre la localidad, y ante su inminente caída en manos franquistas, la familia al completo se exilia a Francia. Francisca y las gemelas solían reunirse con Joaquín los fines de semana, allá donde este estuviera trabajando, pero el destino quiso que una de las niñas fuera requerida para despachar ese sábado en una pastelería. Así, las tres fueron víctimas de la masacre, y Joaquín tuvo que ser internado con una crisis nerviosa. Les sobrevivió apenas tres años, acogido por su hijo Rafael y su familia, cuyos descendientes aún guardan recuerdo de lo sucedido.

 

 

Francisca-Espinosa-Pilar-Paquita-Oradour_EDIIMA20200429_0952_20

Francisca Espinosa con sus hijas Pilar y Paquita en Oradour. FAMILIA GIL

 

Aún hubo otra víctima aragonesa, esta indirecta. Se trata de Millán Bielsa Tarragó (Fabara, 1915 - Francia, 2000). Tras participar en la Guerra Civil como oficial sanitario en el Ejército de la República, termina en Oradour, donde conoce a su novia Andrée 'Dédée' Brandy, jefa de estación de la localidad. El joven debe dejar el pueblo expulsado por la policía, pero se compromete en matrimonio con la muchacha, con la esperanza de poder celebrar la boda tras el conflicto. Es precisamente en el París recién liberado donde recibe, como "una pedrada", la noticia de su muerte. Poco antes de fallecer, Bielsa ofreció su testimonio en un reportaje de la 'Aventura del Saber' de La 2, en colaboración con la UNED. 

Una estatua con historia

Unos meses después de la tragedia, las Fuerzas Francesas del Interior encargaron al escultor catalán Apel·les Fenosa (Barcelona, 1899- París, 1988) un monumento en recuerdo de las víctimas. El artista realizó una gran escultura que representa una mujer embarazada desnuda y rodeada de llamas, evocando cómo los nazis quemaron la iglesia de Oradour.

El modelo en yeso, que se presentó como 'Monumento a los mártires de Oradour', se expuso en París, con gran acogida, pero la estatua no llegó a instalarse en Oradour por las quejas del obispo de Limognes. La obra quedó en depósito en el Museo de Arte Moderno de París, y solo décadas después, tras la insistencia de Nicole Fenosa, viuda del artista, se instaló en Oradour, donde finalmente se inauguró en 1999.

Apelles-Fenosa-trabajando-Monumento-Oradour_EDIIMA20200429_0960_19Apel·les Fenosa trabajando sobre el modelo en yeso de la escultura 'Monumento a los mártires de Oradour'. FUNDACIÓN APEL·LES FENOSA

La Fundación Apel·les Fenosa preparaba una exposición sobre la historia del monumento que debía inaugurarse el pasado 28 de marzo. En el proceso de investigación, José Miguel García, su director, explica que "descubrimos que, a pesar de que Fenosa lo hizo como algo simbólico, entre las víctimas efectivamente hubo una mujer embarazada, procedente de Tarragona: Carme Juanós Sampé, una mujer comprometida que colaboró con la Resistencia". Sampé, por vía materna, descendía de Mequinenza.

Fenosa vivió con especial intensidad este encargo, por su condición de exiliado español. Antes de salir a Francia, fue protagonista él mismo de una aventura de película: el rescate de obras artísticas en las provincias de Huesca y Zaragoza durante la Guerra Civil.

 

 

 

 

Posté par ateneo87 à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2020

Le camp de Clocher

C Clocher

Notre association s'est fixée comme objectif d’ériger une stèle pour rappeler qu'au lieu-dit Clocher, dans la commune de Saint-Sulpice-le-Guérétois (Creuse) il y eut un camp construit pour interner les exilés républicains espagnols en 1939.

Nous avons reçu des témoignages de personnes qui ont séjourné dans ce camp ainsi que de quelques descendants. (*)

Nous lançons ici une recherche pour pouvoir compléter, dans la mesure du possible, ce que nous possédons déjà de part les témoignages et les archives départementales de la Creuse.

La situation actuelle ayant retardé notre travail, nous profitons de ces moments de confinement, pour lancer un nouvel appel à témoignages.

Continuez de prendre soin de vous et de nos témoins précieux !

Salud y República !

(*) Laissez un commentaire ou contactez nous : ateneorepublicanolimousin@gmail.com

 

Future stèle

 

 

Posté par ateneo87 à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 avril 2020

Si vous voulez nous rejoindre......

republica_pegata1

Notre travail vous intéresse?

Vous voulez nous aider?

 

Coronavirus : En cette période de confinement nous ne pouvons nous réunir dans nos locaux

 

Contactez-nous :

Ateneo Republicano du Limousin

61, rue  Champlain 87100 Limoges.

Tel : 07 86 48 26 51

Courriel : ateneorepublicanolimousin@gmail.com

Facebook :  https://www.facebook.com/ateneodulimousin/

 

Nous nous réunissons les premiers vendredis de chaque mois à 18h 30:

Soit au siège social: 61, rue  Champlain 87100 Limoges.
ou bien chez l'un d'entre nous. (si c'est la première fois que vous venez, veuiilez prendre contact pour savoir où a lieu la réunion)

 

Plan pour y aller :

 

Capture d’écran 2019-04-18 à 17

 

 

Capture d’écran 2019-04-18 à 17

 

  

 

 

Posté par ateneo87 à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2020

"REMEMBER"

Coberta

 

Le 17 septembre 2019, vous avez pu prendre connaissance sur notre blog du travail de notre ami de Sabadell David Ferrer Revull.

Aujourd'hui, nous voudrions vous en dire un peu plus.

Le 28 mars dernier, devait avoir lieu l'inauguration d'une exposition consacrée notamment à l'oeuvre de Apel-les Fenosa par la fondation éponyme, au musée de El Vendrell dans la province de Tarragone.

Apel-les Fenosa est l'auteur de la célèbre statue qui symbolise le massacre d'Oradour-sur-Glane. En 1944,  le Comité de Libération du Limousin lui commande une sculpture commémorant le massacre d’Oradour sur Glane. Prévue pour être installée à Oradour, elle déchaîne les passions (de l'évêque de Limoges en particulier). Exhumée des réserves du Musée d’Art Moderne par Robert Savy alors adjoint de la ville de Limoges, l’æuvre fut installée à l’entrée de Limoges en 1980. Elle sera installée à Oradour sur Glane en 1999.

Nous étions invités à cette inauguration qui, vue la conjoncture actuelle, a été annulée, comme tant d'autres choses.

David Ferrer Revull nous a fait parvenir un article en catalan paru dans « La Republica ».

Nous en traduisons quelques extraits.

 « Parmi les personnes assassinées, il y avait dix neuf catalans : deux hommes, six femmes et onze enfants. Jusqu'à présent, on savait peu de chose sur ces espagnols, mais grâce à une exposition et un livre qui vient de paraître, on a pu récupérer cette histoire tragique.

L'exposition de la Fundación Fenosa explique l'histoire du monument aux martyrs d'Oradour.

Le livre « Recuerda » est le résultat des recherches de David Ferrer.

La sculpture représente une femme enceinte, nue, les bras levés vers le ciel et les pieds léchés par les flammes.

On vient de découvrir que, parmi les femmes ayant péri, il y avait une jeune, native de Villalba dels Arcs, Carme Juanós Sampé qui était enceinte.

Selon le directeur du musée, « Cela ne signifie pas que Fenosa connaissait Carme, ni qu'il s'en inspira, mais alors que le visage de la statue est abstrait, maintenant on peut le personnaliser. C'est une coïncidence, mais c'est justement ce que Fenosa voulait représenter : le martyr d'une femme. »

David déclare, au sujet des victimes espagnoles : « On n'a pas d'explications plausibles sur la raison du massacre, mais il y avait un vide que je me devais de combler ; cela m'attristait, me mettait en colère et me faisait honte ».

Contraportada

 

Lisez l'article (en catalan) en cliquant sur le lien ci-dessous:

Article_a_LRP

Posté par ateneo87 à 16:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]

31 mars 2020

Nous sommes en guerre ?

Amada Blog

            Nous sommes en guerre ! nous a dit Le Président de la République, monsieur Macron, il y a quelques jours, en mars.

Mais depuis quand est-elle déclarée ?

Depuis la pandémie du Coronavirus ?

Moi, je vous dit NON.

          Elle couve depuis longtemps, sous une autre forme, celle de la malveillance, du chacun pour soi, de l'indifférence vis à vis de son prochain, de son voisin, de l'étranger qui demande de l'aide.

Je vais vous raconter une anecdote qui m'est arrivée exactement le 17 janvier de cette année.

         Alors que je devais me rendre à une réunion à 17 heures, par un geste malencontreux, j'ai bloqué le système d'ouverture de ma voiture avec mon sac à l'intérieur, ce qui implique que je n'avais pas accès à mes clés, ni à mon téléphone ni à mon porte-feuille. Une voisine m'emmène gentiment là où devait se tenir la réunion, selon moi, c'est-à-dire, à la Maison des Associations, sur le périphérique, puis elle repart. Arrivée sur les lieux, je me rends compte que je me suis trompée et que la réunion se déroule à la Maison du Peuple, en centre ville. Désemparée et désargentée, je me dirige vers le périphérique pour essayer de faire du stop ; en principe ça marche. Je me positionne au feu et je demande, quand je peux, aux conducteurs s'ils vont vers l'hôpital, ce qui me rapprocherait de chez moi. Bizarrement, personne ne va dans cette direction ! Après une dizaine d'essais, je me décide à faire le chemin à pied, en passant par la ville ; là, j'aurai plus de chance. Je descends l'avenue de Louyat, l'avenue du Général Leclerc, je contourne la place Carnot et je m'engage dans l'avenue Garibaldi. Comme je n'ai pas d'argent, je rentre au Centre Saint Martial pour aller aux toilettes et m'asseoir un moment. Reprenant mon courage à deux mains, je continue, non sans demander à chaque feu rouge si on peut m'amener un bout de chemin. NON, NON...toujours NON. J'arrive carrefour Tourny et là, sur la file de droite, je demande si quelqu'un va vers la mairie ; une fois encore c'est NON et pourtant c'est une ligne droite qui ne peut aller que dans cette direction. Donc, cahin cahan, je suis la rue Gabriel Péri, le boulevard Louis Blanc jusqu'à l'intersection avec la rue Jean Jaurès. N'en pouvant plus, je m'arrête, adossée à un mur. Une jeune fille arrive face à moi et tout d'un coup, il me vient une idée. Je l'accoste, je lui raconte brièvement ce qui m'arrive et lui demande si elle a un téléphone.

        Pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt, me direz-vous ? C'est exact, mais dans ma tête et dans tout mon être seule la colère bouillonne.

Elle me répond par l'affirmative mais je tiens à lui préciser que je dois appeler un numéro fixe ; pas de problème. Je fais une première tentative pour appeler mon fils, sans résultat. « Venez, me dit-elle, ma voiture est là, je vais vous amener ». Auparavant, j'essaie un nouvel appel qui s'avère fructueux. Mon fils va venir me chercher, mais la jeune fille, très gentiment, reste auprès de moi jusqu'à ce qu'il arrive.

       Après cette mésaventure, je me pose des questions, maintenant que nous sommes confinés chez nous depuis des jours et pour quelques semaines encore.

On nous demande d'être solidaires, car « nous sommes en guerre ».

Il faut donc en arriver à cette extrémité pour faire appel au bon vouloir des gens ?

Mais, combien savent ce qu'est la solidarité ? Demandez à ceux qui sont arrivés d'Espagne en 1939, à ceux qui ont vécu la seconde guerre mondiale, à ceux qui arrivent de leur pays en guerre depuis quelques années ?

Les humains ont-ils besoin qu'on leur dise ce qu'ils doivent faire ?

Où est passée la solidarité spontanée, celle que possèdent les animaux, souvent plus sensibles que nous ?

        Je sais que peu à peu le lien ténu qui unissait les gens dans les villages, dans les quartiers, dans une rue ou même un immeuble s'est détendu et même effiloché. Mais en arriver à cet égoïsme, ce manque de considération, d'empathie, d'humanisme, de respect envers une personne, envers son voisin, était-ce pensable ?

Où sont passées les bonnes volontés, les bonnes paroles « aidez-vous les uns les autres » ?

         Je dois appartenir à un autre siècle, oui, pas de doute, je suis d'un autre siècle.

 

Amada Pedrola Rousseaud

 

 

 

Posté par ateneo87 à 23:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 février 2020

Triste nouvelle pour l'Ateneo

Claudine Aupetit nous a quittés ce dimanche 9 février 2020

C'était notre amie et doyenne de l'association, elle avait 98 ans.

Dès sa création, Claudine a été une fervente adepte de la cause des républicains espagnols. Originaire de Creuse, elle nous a associés à son action de reconnaissance de l'existence par les autorités locales du camp d'internement de Clocher à Saint Sulpice le Guérêtois.

Claudine

Toujours disponible quand nous faisions appel à elle, elle se rendait aux archives, dans les administrations, n'hésitait pas à prendre la plume pour avoir des renseignements et des documents.

Elle était aussi une amie fidèle et généreuse.
Depuis ce matin, 13 février, elle repose dans le petit cimetière de Jalesches, en Creuse, auprès de sa sœur.

L'Ateneo Republicano du Limousin gardera de Claudine l'esprit combatif qu'elle a eu jusqu'au bout pour faire reconnaître la dette de la France envers les républicains espagnols

Claudine colloque 2010 Claudine Colloque Claudine Ile sur Tet Tombe Claudine 

Nous penserons très fort à toi le jour où la stèle de Clocher sera inaugurée ; tu avais envie d'y assister.

Que la tierra te sea leve compañera !

Posté par ateneo87 à 11:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2019

La Retirada à Nieul

Samedi 9 novembre 2019, l'Ateneo Republicano du Limousin a été invité par l'association "Mémoire de Nieul et Alentours en Limousin, que nous remercions vivement,  dans la salle du château de Nieul.

Le thème de la rencontre était, en cette année anniversaire: "LA RETIRADA".

M

À cette occasion Monsieur Michel Kiener, historien, a fait une présentation très émouvante de cette période sombre de notre histoire. Pour illustrer l'ambiance de ce qu'ont enduré les réfugiés espagnols il s'est appuyé sur le témoignage du Mari de Madame Leboutet (Médecin à l'Hopital de Limoges). Le film "De la Retirada à la Reconquista" d'Emile Navarro et Aymone de Chantérac raconte les débuts de la guerre civile espagnole, l'afflux des républicains vers les frontières françaises et les témoignages de certains d'entre eux, notamment de Neus Catalá, rescapée du camp de Ravensbruck avec son amie Thérèse Menot. Neus nous a quittés le 24 avril dernier à l'âge de 104 ans. En août, une allée lui a été dédiée dans le XIème arrondissement de Paris.

Posté par ateneo87 à 20:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2019

Un visage pour les victimes espagnoles d'Oradour

Le 14 septembre 2019, David Ferrer Revull à la salle Robert Lapuelle à Oradour-sur-Glane.

IMG-20190915-WA0002

David est venu nous présenter le travail qu'il a effectué sur les Espagnols ayant péri avec leur famille lors du massacre.

En effet, jusqu'à aujourd'hui, ces personnes n'étaient qu'une liste de noms ; maintenant, nous pouvons mettre un visage, une histoire sur ces inconnus.

Grâce à ce travail, nous pourrons peut-être les ajouter, avec les autres victimes, sur le mur du souvenir.

David Ferrer a écrit un livre bilingue qui doit paraître au début de l'année 2020 et que l'on pourra trouver, nous l'espérons au Centre de La Mémoire d'Oradour-sur-Glane.

 

IMG-20190915-WA0005

Posté par ateneo87 à 14:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2019

14 septembre à Oradour sur Glane

Affiche David Ferrer 2019

 

         75 ans après le massacre d’Oradour sur Glane,
David FERRER, chercheur en mémoire, présentera son travail sur les victimes espagnoles de ce drame, en partenariat avec l’Ateneo Republicano du Limousin

       En collaboration avec le Centre de la Mémoire d’Oradour sur Glane et l’Ateneo Republicano du Limousin, David FERRER a effectué de nouvelles recherches tant dans les archives françaises qu’espagnoles. Il a recueilli les témoignages des descendants de ces familles victimes à Oradour, ce qui permet aujourd’hui de mettre un visage, de redonner une identité à ceux que la barbarie nazie avait destinés à l’oubli dans    sa « nuit et brouillard ».

         Combattre l’oubli, c’est le juste hommage à toutes ces familles.

Posté par ateneo87 à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2019

FÊTE DE LA FRATERNITÉ

organisée par l’AFMD et la Commune de Saint-Paul.

Affiche Fête Fraternité 4

Il y a 75 ans, le 11 juin 1944 le camp de Saint-Paul était libéré par la résistance. Dans ce camp d’internement avaient été détenus entre 1940 et 1944 des centaines « d’indésirables » : militants politiques ou syndicaux, résistants et réfractaires principalement. De nombreux autres indésirables, juifs et étrangers de diverses origines ont subi la détention dans d’autres camps, souvent avant leur déportation. 

Aujourd’hui, alors que des réfugiés fuyant les guerres et la misère demandent asile en Europe, trop nombreux sont les pays ou les partis politiques qui les rejettent violemment. Ces politiques d’exclusion ne doivent plus être acceptées. 

La délégation territoriale de l’AFMD (Association des Amis de la Fondation de la Mémoire de la Déportation) et la mairie de Saint-Paul vous proposent donc de participer à cette fête de la fraternité afin 

– de rappeler les combats et les souffrances vécues par nos parents, nos grands-parents, du fait du régime nazi et de ses complices français. 

– de rencontrer des réfugiés, échanger avec eux et avec les organismes qui les hébergent pour les comprendre et les accueillir. 

«Le Syrien d’aujourd’hui n’est pas le juif d’hier, mais les réactions de peur, de rejet et de fermeture des Etats démocratiques, c’est le même mécanisme», 

Denis Peschanski, 

directeur de recherche au CNRS, président du conseil scientifique du mémorial de Rivesaltes

 

 

Pendant les deux jours :

Salle des associations :

Exposition sur les camps d’internement en Haute-Vienne (75ème anniversaire de la libération du camp de Saint-Paul le 11 juin 1944).

Hall de la salle des fêtes :

Stands des associations de mémoire et de solidarité : Amis de la Fondation de la Mémoire de la Déportation, Ateneo Republicano du Limousin, CADA ADOMA d’Eymoutiers, CADA HESTIA de Limoges, CIMADE, Institut d’Histoire Sociale-CGT limousin, LDH, Montagne Accueil Solidarité, Mémoire à vif, MRAP, Secours populaire

 

SAMEDI 15 JUIN : 

11h : Vernissage de l’exposition dans la salle des associations. 

Chant de la libération du camp, interprété par les enfants de l’école de Saint-Paul. 

14h 30 : «Les parcours migratoires : témoignages et discussions»,  

17h : Chorale de l’ATENEO REPUBLICANO. 

19h 30 :  Tapas

20h30 : Concert GOSPEL FUSION.

 

DIMANCHE 16 JUIN : 

10h : Rendez-vous devant la salle des associations

Randonnée conduite par l’association Saint-Paul Rando.

Randonnée courte (3,5 km) et facile pour aller de la salle des associations au camp d’Internement de Saint-Paul. Départ 10h15. 

11h 15 : Arrivée devant le camp d’internement. 

Intervention de l’AFMD pour relater l’histoire du camp. 

12 h : Salle des fêtes. Repas festif. 

Animation Lise Dumonteil et son orgue de Barbarie. 

15 h : CHORALE DES RÉSISTANCES SOCIALES. 

17h 30. Clôture de la fête

Posté par ateneo87 à 01:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2019

Dans la presse

Capture d’écran 2019-04-19 à 12

Posté par ateneo87 à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2019

Neus Catalá et Thérèse Menot, immortelles.

9 N

Le thème de notre colloque, cette année, était : « Destins d’exils en Limousin ». A cette occasion, nous avions invité, entre autres, Elisenda Belenger Mercadé, historienne et biographe de Neus Catalá. C'est à peu près au moment où Elisenda faisait son intervention, vers 17 heures ce samedi 13 avril 2019, que Neus nous a quittés, en cette veille du 88ème anniversaire de l'avènement de notre République pour laquelle elle s'est battue et a continué à se battre tout au long de sa vie. On ne choisit pas le jour et l'heure de notre départ, mais le sien nous marquera à jamais.

 Nous désirons dédier cette journée à cette Grande Dame en particulier et à tous les exilés qui sont passés et même restés en Limousin. Les personnes qui ont eu la chance de la rencontrer, nous disaient hier en parlant d'elle :  « Pour nous, elle est immortelle ».

 L'Ateneo Republicano du Limousin présente, avec une profonde affliction, ses condoléances à sa famille et à ses proches.

 Que viva la Republica !

elisenda772 Neus Catala

DSC00716

Qui était Neus Català i Pallejà ?

Neus est née à Els Guiamets, dans la région viticole du Priorat catalan, le 6 octobre 1915. Son père Baltasar, paysan et coiffeur et sa mère Rosa l’éduquent dans le village où elle travaille rapidement elle aussi dans les vignes puis comme vendeuse à la coopérative agricole. C’est là qu’elle lance sa première grève, âgée d’à peine une quinzaine d’années : elle exige que les jeunes filles soient payées autant que les garçons ! Quand la guerre éclate en 1936, elle est au milieu de ses études d’infirmière et s’est engagée dans le Parti Socialiste Unifié de Catalogne. Elle gagne Barcelone, termine rapidement ses études et prend la direction sanitaire d’une colonie d’enfants près de Gérone. A l’heure de la Retirada, elle les accompagne jusqu’en Dordogne et se donne comme mission de rendre chacun des 182 enfants à sa famille ou de les placer en sécurité en France ou en Belgique. Cette tâche terminée, elle réunit sa famille autour d’elle et s’engage rapidement dans la Résistance. D’abord elle avertit les Français de l’imminence du danger nazi qu’elle conçoit très clairement, puis s’investit plus concrètement près de Turnac, en Dordogne. Elle épouse en 1942 Albert Roger, Résistant lui aussi, et ensemble ils organisent le maquis dans cette zone, composé notamment de réfugiés espagnols. Arrêtés le 11 novembre 1943, ils sont emprisonnés à Périgueux puis Limoges où Neus rencontre celle qui deviendra sa grande amie, Thérèse Menot. Torturée pendant sa détention, elle est transférée à Compiègne puis déportée à Ravensbrück, d’où elle est envoyée au Kommando de Hollenshein. Là-bas, « Neige Roger » et « Titi » continuent à résister et sabotent les obus qu’elles sont censées fabriquer. Rapatriée en mai 1945, elle apprend le décès d’Albert. Elle rencontre finalement Félix Sancho, qui devient son second époux et avec qui elle aura deux enfants, l’une de ses plus grandes victoires contre les nazis qui avaient expérimenté sur elle des techniques médicales qui devaient la rendre stérile. Pendant plus de soixante-dix ans, Neus a milité pour la mémoire des réfugiées, des résistantes, des déportées, sans jamais cesser de lutter au quotidien pour faire tomber Franco d’abord, pour le rétablissement de la République aussi.

 

Thérèse Menot

 

 

 

 

Posté par ateneo87 à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Neus Catalá , inmortal !

neus-catala

Encontré a Neus Català en octubre del 2016. Yo tenía 27 años, ella acababa de festejar sus 101. Preparaba yo una tesis doctoral sobre los españoles y españolas que participaron en la Resistencia durante la Segunda Guerra mundial como ella aquí, en Lemosín, una región rural del centro de Francia. Encontrada su hija Margarita en un congreso en Paris en septiembre, me había propuesto venir a visitarla, lo que acepté sin vacilar un segundo. La semana que pasé en Els Guiamets con ambas fue estupenda. Pasadas las dificultades de las primeras horas – ya no quería contarme la deportación, cosa demasiada hablada, o la Resistencia, que no podía entender yo por ser demasiada joven –, Neus me confió sus secretos de la clandestinidad (los mensajes en el pelo, las citas pseudoamorosas…) y Margarita completó, cuando necesario, con la generosidad de alma que une a la madre y la hija. El último día, mientras me despedía de Neus en la residencia, me preguntó, en francés, si volvía al día siguiente… ¡Qué difícil decirle que no! Porque este encuentro con Neus Català cambió mi tesis doctoral, que se transformó bajo su influencia en algo más profundo, más íntimo, ya que aparecía como necesidad a partir de ahora conocer realmente, personalmente a todos ellos y ellas, y ya no solo leer sus nombres en los archivos. Pero también cambió mi vida. Volví con la certeza de haber encontrado a una mujer excepcional, extraordinaria y eterna. A partir de entonces, hablé de ella a todos los que me rodeaban – pareja, amigos, familia, colegas y miembros de la asociación local de memoria, el Ateneo Republicano del Lemosín. Ya la conocían, claro, pero no como yo, pensaba. Este año, conmemorando los 80 años de la Retirada aquí en Lemosín, decidimos con la asociación hacer de la tradicional jornada de estudios un día para ellos y ellas, figuras fuera de lo común del exilio español a Francia. El Ateneo Republicano del Lemosín invitó entre otros a Elisenda Belenguer Mercadé, historiadora, biógrafa y amiga de Neus. Estuvo a punto de no venir, por el estado de salud de Neus. Pero había mejorado y vino. A las 5 de la tarde, este sábado 13 de abril del 2019, víspera del aniversario de la Segunda República, Elisenda empezaba en Limoges, donde había sido detenida y torturada Neus por su actividad resistente – Neige para los lemosines –, su ponencia presentándola a un público fascinado y callado. A las 5 de la tarde, este sábado 13 de abril del 2019, víspera del aniversario de la Segunda República por la cual había luchado a lo largo de su vida, fallecía Neus Català en Els Guiamets. “El pajarito ha vuelto a morir en su nido” decías tú. La única muerte que te daba miedo era la de la memoria… Nunca te olvidaremos, mientras viva yo, y todos los que te conocieron, tu memoria no morirá. El Ateneo Republicano del Lemosín, con gran aflicción, les da el pésame a su familia y sus allegados.

Tiphaine Catalan

Posté par ateneo87 à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2019

Dans le journal l'Écho du 19 avril 2019

Capture d’écran 2019-04-19 à 12

Posté par ateneo87 à 14:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le vendredi 12 avril 2019 après-midi, dans le cadre de la commémoration des 80 ans de la Retirada, l'Ateneo Republicano du Limousin avait organisé en prélude à sa traditionnelle journée d'études une rencontre entre différents établissements scolaires. Celle-ci a eu lieu à la Faculté des Lettres et des sciences humaines de Limoges en présence d'enseignants et d'étudiants du département d'espagnol. Il s'agissait pour les collégiens et lycéens présents (collège Jean Rebier d'Isle et lycée Eugène Jamot d'Aubusson) de présenter le fruit de leur travail scolaire et artistique mené dans le cadre du grand projet scolaire initié cette année par l'Ateneo. Chaque établissement avait reçu au préalable la visite d'un témoin de l'association et les expositions créées par l'Ateneo. Les élèves, et leurs enseignants, ont montré un très grand intérêt pour ce projet et ont produit des travaux d'une grande qualité, qu'ils ont présenté avec aisance. Les membres de l'association, également présents en nombre, ont pu répondre aux nombreuses questions des élèves et ont permis ainsi un très beau moment d'échanges, empli d'émotions mais aussi de nouvelles connaissances pour les élèves. Nous remercions donc les élèves, mais aussi leurs professeurs et chefs d'établissement qui ont rendu ce projet possible, sans oublier ceux qui pour différentes raisons n'ont pas pu être présents ce vendredi mais qui ont pris part de façon active également au projet : le lycée professionnel Sonia Delaunay de Blois, le collège Arsène Bonneaud de Nexon, le lycée Dautry de Limoges. Les travaux des élèves seront prochainement numérisés et disponibles sur le site internet de l'association.

Vendredi 12 avril Fac 2 

Ce même vendredi, à partir de 19h, les portes de l'Espace Noriac s'ouvraient pour un avant-spectacle autour de tapas et de sangria animé par les membres de l'Ateneo qui ont chanté et déclamé des poèmes, vite rejoints par les élèves du lycée d'Aubusson. Après ce beau moment convivial, spectateurs et élèves ont pu assister à la très belle pièce "Une nuit de Grenade", jouée par la compagnie Label Étoile, dont la longue ovation finale suffit à prouver à quel point elle a été appréciée par tous.

Posté par ateneo87 à 12:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 et 13 avril 2019

Affiche Colloque 2019 - 2a

 

Vendredi 12 avril 2019 à partir de 14 heures

Faculté des Lettres et des Sciences Humaines

39 E rue Camille Guérin, Limoges

Contact : Diane Bracco, Chargée de mission Animation du campus (diane.bracco@unilim.fr)

Restitution des projets scolaires initiés par l’Ateneo Republicano du Limousin autour des témoignages individuels en présence des élèves et leurs professeurs des établissements participants,

  

Vendredi 12 avril 2019

à partir de 19 heures

Espace Noriac - Limoges

« Avant-spectacle autour de Lorca » (entrée libre) animé par les adhérents de l’Ateneo : chants, lecture de textes, pré- sentation du poète...

Restauration (tapas) et buvette sur place (en vente).

20h30 Spectacle « Une nuit de Grenade »

interprété par la troupe du théâtre Label Etoile. Tarif Unique : 10€

Réservation conseillée : Palmira Desseix 06 03 53 61 05

 

Samedi 13 avril 2019

Conseil départemental de la Haute-Vienne

salle Plénière, 11 rue François Chénieux à Limoges

A partir de 8h30 : accueil des participants

9h30 : « Le Limousin dans la Seconde Guerre mondiale », Guy Perlier, historien spécialiste de l’histoire du Limousin

10h15 : «Les exilés espagnols lors des premières années de l’après-guerre européenne de 1945 à 1949.» Alicia Alted, historienne espagnole, spécialiste de la guerre d’Espagne, UNED, Madrid (sous réserve)

11h : Témoignages individuels et échanges avec la salle

12h : repas possible sur place, réservation jusqu’au 5 avril

téléphone : Amada Pedrola Rousseaud 06 60 24 03 25 ou par mail : ateneorepublicanolimousin@gmail.com

14h : « Les modalités d’accueil des femmes espagnoles en Corrèze », Danièle Bussy Genevois, historienne spécialiste de l’histoire des femmes espagnoles, Université Paris VIII

14h45 : « Histoire d’une vie, Neus Català », Elisenda Belen- guer Mercadé, historienne catalane, biographe de Neus Català

15h30 : Témoignages individuels et échanges avec la salle

16h : « De Manolo (Gijón) à Manu (Egletons) : itinéraire de Manuel Nicieza Rodriguez, combattant de la République en Espagne et en Corrèze », lecture d’une conférence de Paul Estrade & Mouny Estrade-Szwarckopf, historiens

 

Vous pouvez imprimer le Flyer et le diffuser

Flyer_Colloque_2019___4

Posté par ateneo87 à 02:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2019

Retenez cette date

 

12 avril 2019 à partir de 19hUne nuit de Grenade

 

à partir de 19 heures

« Avant-spectacle autour de Lorca » (entrée libre)

animé par les adhérents de l’Ateneo : chants, lecture de textes, pré- sentation du poète...

Restauration (tapas) et buvette sur place (en vente).

 

20h30 Spectacle « Une nuit de Grenade »

interprété par la troupe du théâtre Label Etoile. Tarif Unique : 10€

Réservation conseillée : Palmira Desseix 06 03 53 61 05

 

« Grenade, août 1936. La guerre civile a éclaté. La ville est aux mains des nationalistes. La Phalange, forme de milice qui soutient le soulèvement de la junte militaire tenue par Franco et qui a les pleins pouvoirs, traque, rafle et assassine des centaines d’opposants. Parmi eux, le poète Federico Garcia Lorca qui re- présente l’un des symboles honnis des nationalistes. Ce soir du 18 août, le célèbre musicien et compositeur espagnol Manuel de Falla, 60 ans, usé par la maladie, apprend l’arrestation le jour même de son ami Federico Garcia Lorca. Il se rend dans les bu- reaux du gouverneur civil de Grenade, José Valdès Guzman, pour réclamer sa libération. »

Pour imprimer l'affiche et la diffuser

Une_nuit_de_Grenade

Posté par ateneo87 à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]